Dernières nouvelles

La start-up néerlandaise Go Sharing lève 60 millions de dollars pour s’étendre au-delà des cyclomoteurs électriques et sur de nouveaux marchés

La start-up néerlandaise Go Sharing lève 60 millions de dollars pour sétendre au-delà des cyclomoteurs électriques et sur de nouveaux marchés

L’accès à la demande aux cyclomoteurs électriques – les petits scooters motorisés sur lesquels vous vous asseyez, pas les coups de pied – a été une partie modeste mais persistante du mix de transport multimodal proposé aux habitants des villes ces jours-ci. Aujourd’hui, une start-up des Pays-Bas annonce un financement avec l’ambition de rendre les cyclomoteurs électriques plus courants et de s’étendre à un ensemble plus large d’options de véhicules.

Go Sharing, qui possède une flotte d’environ 5 000 cyclomoteurs électriques répartis dans 30 villes de trois pays – les Pays-Bas, la Belgique et l’Autriche – a récolté 50 millions d’euros (environ 60 millions de dollars). La startup, basée près d’Utrecht, prévoit d’utiliser le financement pour étendre son empreinte pour les cyclomoteurs électriques; ajouter des voitures électriques et des vélos électriques à son application; et continuez à développer la technologie qui sous-tend tout cela.

Go Sharing pense que la technologie sera la solution pour créer une opération rentable, en utilisant des algorithmes d’IA pour optimiser les emplacements pour les cyclomoteurs électriques, en encourageant les gens à déposer dans ces endroits avec des incitations telles que des remises et en gardant ce réseau chargé.

L’Allemagne, le Royaume-Uni et la Turquie sont les prochains sur la liste des pays de Go Sharing, a déclaré la société.

Le financement est dirigé par Opportunity Partners – une entreprise basée à Amsterdam qui soutient également le supermarché en ligne Crisp, avec la participation des fondateurs de la start-up – le PDG Raymon Pouwels, Doeke Boersma et Donny van den Oever -. Une ronde précédente d’environ 12 millions de dollars provenait de Rabo Corporate Investments, la branche VC du géant bancaire.

Dans un monde où nous avons désormais de nombreux choix pour se déplacer dans les villes – taxis, transports en commun, vélos à pousser et électriques, scooters, marche, covoiturage, location de voitures ou nos propres voitures – les cyclomoteurs électriques occupent une place intéressante dans le mix.

Ils peuvent être plus rapides que les vélos et les scooters – 25 km par heure est une limite de vitesse typique dans les villes, 40 km par heure dans les zones moins denses – plus agiles que les voitures, complètement silencieux par rapport à leurs cousins ​​très bruyants à base de carburant, et bien sûr beaucoup plus écologique. Pour ceux qui gèrent des flottes, ils sont moins susceptibles de tomber en panne et doivent être remplacés que certaines des autres alternatives comme les vélos électriques et les scooters électriques.

Mais ils représentent également une barrière plus élevée à l’entrée pour les clients: les conducteurs ont besoin d’un permis pour les conduire comme vous le feriez pour d’autres véhicules en mouvement, et dans certains endroits (mais pas tous), ils doivent porter un casque; et les exploitants de flottes doivent déterminer comment l’assurance requise fonctionnera et ont besoin de permis spéciaux en tant que fournisseur de véhicules dans la plupart des endroits, et ils peuvent également être confrontés au même problème que d’autres véhicules comme les vélos et les trottinettes qui sont une nuisance publique lorsqu’ils sont garés.

Ce mélange de défis – et le fait que les flottes peuvent être coûteuses à exploiter et pourraient même si toutes les cases sont cochées ne pas attirer suffisamment d’utilisateurs – a signifié que le marché des cyclomoteurs électriques a été inégal, avec la fermeture de certaines startups, certaines villes annulant après une faible demande, ou reculant puis revenant avec de meilleures mesures de sécurité.

Pourtant, les entreprises de transport à la demande cherchant de plus en plus à proposer «n’importe quel» mode dans leurs jeux multimodaux pour attirer plus de consommateurs à plus de moments, elles restent une classe de véhicules que les plus gros joueurs et les nouveaux venus continueront de divertir. Plus tôt cette année, Lime a déclaré qu’elle ajoutait des cyclomoteurs électriques à sa flotte dans certaines villes. Uber s’est associé à Cityscoot à Paris pour intégrer la flotte de cyclomoteurs électriques dans son application. Cityscoot lui-même a levé des fonds l’année dernière et est actif dans plusieurs villes d’Europe.

Et bien qu’il puisse être difficile d’obtenir des permis et d’autres aspects réglementaires en place pour exploiter les services, Pouwels a déclaré que Go Sharing constatait que de nombreuses municipalités aimaient en fait l’idée d’introduire plus de cyclomoteurs électriques comme alternative écologique à plus de véhicules – l’idée étant de proposer une option de transport aux personnes qui ne sont pas intéressées par les trottinettes ou les vélos et qui auraient pu conduire leur propre voiture, ce qui signifie qu’elles ont déjà des licences.

L’option écologique motive également la manière dont l’entreprise planifie d’autres volets de sa stratégie:

«Ce que les régulateurs nous ont dit, c’est qu’ils veulent motiver les gens à marcher ou à se déplacer d’une autre manière, par exemple avec des vélos», a déclaré Pouwels dans une interview. «Ce que nous avons vu avec les trottinettes, c’est qu’elles« désactivent »les gens. C’est pourquoi nous considérons les vélos [sans ajouter de scooters électriques] comme un moyen sain d’aller de l’avant. » Le plan avec l’ajout de voitures électriques, a-t-il dit, est de répondre aux besoins des gens de parcourir de plus longues distances que des trajets plus courts dans le centre-ville.

La gestion de l’approvisionnement pour ses services passe par GreenMo, une opération sœur gérée par Boersma qui a acheté et géré un service de location de cyclomoteurs électriques utilisés par les chauffeurs pour les services de livraison, avec quelque 10000 vélos déjà utilisés de cette manière. GreenMo a récemment acquis la start-up néerlandaise e-bike et a pris une participation majoritaire dans la société belge zZoomer, pour étendre sa flotte.

About the author

Didier Eribon

Didier Eribon

Didier est journaliste à temps plein pour MeillEurken et couvre l'actualité technologique et économique. Il contribue régulièrement à Time, Men's Health et à VICE Media. Son travail a également été présenté dans Shape, Sports Illustrated, Food & Wine et de nombreux autres magasins. Domenico a reçu des prix journalistiques de la Society of Professional Journalists et du Maryland.

Add Comment

Click here to post a comment